MONTESQUIEU Charles de: Biographie et analyses des oeuvres

MONTESQUIEU Charles de: Biographie et analyses des oeuvres

article

Montesquieu Charles de Secondat Baron de Montesquieu (1689-1755)

Issu de la noblesse bordelaise, il reçoit une solide formation classique Il devient conseiller au parlement de Bordeaux en 1714, et "président à mortier" en 1716.
Comme ses contemporains (Voltaire, Rousseau ou Diderot) il rédige d'abord des mémoires scientifiques.
Sa curiosité toujours en éveil, était universelle et il ne tarde guère à dégager "l'esprit" de tous les problèmes qui agitaient son temps dans un ouvrage qui eut un succès considérable les Lettres persanes où il montre la réalité française telle qu'elle est vue par des persans fictifs (1721). Ce reportage critique sur la société française l'attache à la littérature.
Avec les Lettres persanes, Montesquieu écrit le premier roman par lettres qui fasse date dans la littérature française et qui lancera une mode qui se répandra dans tout le siècle (avec des lettres venant de chine, du Tibet ou de Mongolie) jusqu'à Rousseau et Laclos
A Paris depuis 1725, il fréquente les Salons (notamment celui de Madame de Lambert) et le Club de l'Entresol et son activité s'exerce dans les domaines les plus variés: mondain, il compose un aimable divertissement galant Le Temple de Gnide, politique, scientifique, moral Dialogue de sylla et d'Eucrate.
En 1727, il est élu à l'Académie française et songeant à écrire un grand ouvrage politique, il vend sa charge de magistrat et à partir de 1728 voyage à travers l'Europe et il séjourne cinq ans en Angleterre pour se documenter, puis revenu en Bordelais compose à la surprise déçue de ses lecteurs les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734).
Son oeuvre maîtresse, De l'esprit des lois, qui paraît anonymement à Genève en 1748, a un grand retentissement. A cette époque, cet ouvrage, dans sa matière, innove. Montequieu a voulu rendre accessibles à tous des sujets arides, comme l'avait déjà fait Fontenelle pour ce qui des sciences physiques
Cette oeuvre n'est pas un livre parmi d'autres mais la somme encyclopédique de Montesquieu, le résultat réfléchi d'une longue méditation qui le conduira parmi ses conclusions à donner sa préférence pour une monarchie tempérée par des pouvoirs intermédiaires, une séparation des pouvoirs calquée sur le modèle anglais et à souligner que les lois parcequ'elles sont relatives à chaque peuple ne sauraient avoir une valeur universelle. Sur ce dernier point il esquisse une théorie des climats que Mme de Staël étendra à toute la littérature et dont Taine fera sa théorie des milieux.; aux attaques des Jansénistes et des Jésuites répondra une Défense de "l'Esprit des lois (1750).
Montesquieu s'il a fortement inspiré les législateurs en 1791, sera rapidement dépassé par les Conventionnels.`

Source: http://rabac.com
 

Retourner vers Auteurs A - M

cron