MORE Thomas: Biographie et analyses des oeuvres

MORE Thomas: Biographie et analyses des oeuvres

article

More (1478-1535) :

Juriste, historien, philosophe, théologien, homme politique, grand ami d’Erasme, lequel lui a dédié son Eloge de la Folie, érudit, philanthrope, il a participé pleinement au renouveau de la pensée qui caractérise cette époque, à savoir l’Humanisme.

Né à Londres, fils de magistrat, Thomas More reçut une éducation scolastique à St Anthony School, alors la plus célèbre de Londres. Il fit ses humanités à Oxford (1492-1494), au Canterbury College, où il étudia Aristote et ses commentateurs et s'initia au grec. Il suit ensuite des études de droit à partir de 1496. Il s'inscrit au barreau en 1599, année de sa rencontre avec Érasme. En 1501 il assiste aux cours de Grocyn sur le Pseudo-Denys, à ceux de Linacre sur les Météorologiques, et aux exégèses de John Colet, doyen de St Paul, sur les Épîtres de Paul.
Parallèlement, de 1501 à 1504, il enseigne le droit à Furnivall's Inn, tout en étant élu aux Communes (il le sera en 1504, 1512 et 1515). C'est aussi l'époque de ses retraites à la Chartreuse de Londres où il se plonge dans la méditation et parfait sa culture patristique. Il traduit la Vie de Pic de la Mirandole et quelques-uns de ses traités aux environs de 1504 (l'ensemble, The Life of Pico della Mirandola. The Writings of the Same, sera publié en 1511). Après un bref exil en France à la fin du règne d'Henry VII, il rentre et devient sous-shérif de Londres et avocat des marchands de la Cité (1510-1518). Il compose une Histoire de Richard III en 1513, et son Utopia en 1516 (traduite en français dès 1550, en anglais en 1551). Il est fait maître des requêtes et membre du Conseil privé du Roi (1518) ; c'est à ce titre qu'il participe à l'entrevue du Drap d'Or en 1520. C'est également l'époque de sa controverse avec Van Dorp et les docteurs de Louvain sur la nécessité de corriger le texte de la Vulgate et sur la supériorité de l'Église vivante sur le dogme. Il devient chancelier du Royaume (1529-1532) tandis que se poursuit sa bataille contre les luthériens (il se bat depuis 1523 avec les réformateurs à coups de pamphlets). Les distinctions accompagnent ses succèsê: il est fait chevalier en 1521 et high steward des universités d'Oxford et Cambridge en 1524. En désaccord profond avec Henri VIII, à propos de son mariage avec Anne Boleyn, qui a donné naissance au schisme qu’est l’Anglicanisme, il tente, sans succès de démissionner de ses fonctions, jusqu’en 1532, où le roi accepte. En 1533, il refuse d'assister au couronnement d'Anne Boleyn comme reine d'Angleterre, à cause de son amitié avec Catherine d’Aragon, l’ancienne reine. Cela a été interprété comme une insulte. Il a ensuite été accusé de prévarication, de complots, ce dont il était innocent. En 1534, après avoir refusé de prêter serment à cause d'une préface anti-papale affirmant l'autorité du Parlement en matière de religion, et niant l'autorité du pape, il est emprisonné à la Tour de Londres, où il écrit le Dialogue du réconfort dans les tribulations. Accusé de haute trahison, condamné à être pendu, il est traîné et éviscéré, mais la clémence royale lui a permis d’être décapité en 1635.
Sir Thomas More est devenu saint Thomas More puisqu'il a été béatifié, par l'Eglise Catholique en 1886 et canonisé en 1935

Source: http://rabac.com

 

Retourner vers Auteurs A - M

cron