CHRÉTIEN de TROYES: Biographie, études et analyses

CHRÉTIEN de TROYES: Biographie, études et analyses

article

Chretien (1130-1185 ?)

La ligne de partage des eaux poétiques, au Xllème siècle, est figurée par la Loire. Au Sud, l'Amour courtois se chante en langue d'Oc, par la grâce des troubadours; au Nord, en langue d'Oïl, par celle des trouvères.. C'est en Champagne également que naît un autre poète, Chrétien (ou Chrestien) de Troyes (11301 195), qui suivra une voie un peu différente et, après avoir traduit Ovide (les Métamorphoses, l'Art d'aimer), deviendra le héraut d'un genre littéraire nouveau: le Roman breton.

Roman de chevalerie, le Roman breton est aussi soucieux d'amour; il est vrai que Chrétien de Troyes, avant de vivre à la cour du comte de Flandre, avait été un familier de celle de Marie de Champagne, fille de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine, laquelle avait protégé et encouragé les cours d'amour qui fleurirent dans le sud de la France au Xllème siècle et à qui il dédiera le fameux Chevalier à la Charrette . Mais on ne sait guère autre chose sur la vie de Chrétien, sur les villes qu'il a aimées, sur les femmes qu'il a connues.
Chrétien était un homme cultivé, bon latiniste, mais il n’était probablement pas un homme d’Eglise. Dans le prologue de Perceval il traduit un verset de l’Evangile de saint Jean, en l’attribuant par erreur à saint Paul. La conception générale du romancier est néanmoins parfaitement chrétienne et humaniste. .
Si sa premier grande oeuvre Erec et Enide (1170?) rappelle Tristan et Iseult la brutalité de certaines scènes, et le plaisir que le poète éprouve à décrire de grands coups d'épée, traduit l'influence des chansons de geste. Bien qu'il y ait du charme dans la peinture du dévouement conjugal d'Enide, ce roman n'est guère qu'une suite de descriptions brillantes et d'aventures guerrières, faiblement liées entre elles.
En relation avec les grands troubadours (de langue d'Oc), il initie pour la langue d'Oïl une forme romanesque et un idéal de cour connu sous le nom de Courtoisie
Empruntant sa matière à la Chanson de geste, au Roman antique et les légendes celtes, il invente le Roman en narrant (en vers octosyllabes) les aventures des mythiques des Chevaliers de la Table ronde, fidèles sujets du Roi Arthur et dont l'éthique de l'amour dépend non d'un philtre magique (comme Tristan et Iseult par exemple) mais d'un choix d'homme libre pour l'exigence des hautes vertus de chevalier.
Revendiquant la "belle conjointure" il ordonne une architecture romanesque qui détonne de l'enfilage d'exploits des jongleurs.
Érec et Enide *, Cligès, Lancelot ou le Chevalier à la Charrette *,Yvain ou le chevalier au lion *, enfin le Comte de Perceval (resté inachevé) restent les plus beaux fleurons d'une oeuvre tout entière dédiée à la dame et à la quête d'une perfection représentée par le Graal. Une oeuvre vouée à un genre encore neuf, le roman, dans lequel le Merveilleux n'est jamais laissé pour compte. Une oeuvre aussi dont certains, Wagner le premier, se souviendront.
Perceval est un jeune sot, un"nice" qui ignore tout de son origine et de son destin. Les épreuves qu'il subit (les armes, l'amou, le mystère religieux) doivent le conduire à la sagesse de l'homme initié. Le Graal est l'absolu que chacun cherche à atteindre et, pour les chrétiens l'idéal divin.
Ce récit donnera naissance à un mythe. Le succès de la formule romanesque lancée par Chrétien de Troyes et surtout l'inachèvement de son dernier roman, laissant intact le mystère du graal, ont déterminé l'apparition de plusieurs continuations du Conte, en vers. Toutefois, les deux innovations majeures qui affectent l'écriture du roman au début du XIIIème siècle sont le dérimage et la cyclisation. Il s'agit, d'une part, de la substitution du vers par la prose et, d'autre part, de la tendance - conforme à l'esprit de l'époque - à constituer de vastes «sommes romanesques», qui ne sont plus centrées autour d'un seul épisode ou d'un seul personnage, mais prétendent reconstituer l'histoire conjuguée du Graal et du monde arthurien.


Source: http://rabac.com
 

Retourner vers Auteurs A - M

cron